Blog

25 avril 2017

CPC, CPM, CPA…définitions simples pour s’y retrouver dans le jargon du digital!

La publicité digitale implique un grand nombre de termes parfois difficiles à appréhender. Résultat : vous vous sentez un peu perdu au milieu de ce vocabulaire foisonnant. Cet article est l’occasion de faire le point et de lever tous vos doutes en 5 minutes chrono !

A l’origine, la publicité digitale renvoie à toutes les formes de publicité réalisées sur Internet et ses différents terminaux : ordinateurs, smartphones, tablettes, phablettes, montres connectées… Ses formes sont multiples : on parle de display, de search et de liens sponsorisés.

 

Quelques points de lexique pour bien commencer :

  • Annonceur : Ce terme désigne l’organisation ou l’entreprise qui veut lancer une opération de communication ou marketing afin de promouvoir son offre, ses produits, ou encore sa marque. L’annonceur peut chercher à atteindre différents types d’objectifs : notoriété, visibilité, agréments, génération de trafic, ventes,…
  • Régie publicitaire : Interne ou externe, elle s’occupe de commercialiser les espaces publicitaires d’un support et d’en faire la promotion auprès des agences média et annonceurs. Elle assure parfois aussi la gestion et programmation des campagnes (ad trafficking).
  • Agence média : Véritable experte, elle assure un rôle de conseil et d’analyse auprès des annonceurs : choix de media planning, conception et mise en place de stratégies de moyens, mesurer l’efficacité de la stratégie mise en place via des études, etc.
  • Campagne digitale : Il s’agit d’une campagne publicitaire diffusée sur des supports digitaux. Son but est de promouvoir une offre, une marque ou un produit grâce à des actions marketing pensées pour ces supports digitaux, qu’ils soient médiatiques ou non.
  • Impression : Spécifique à la publicité digitale, il s’agit du nombre de fois où un utilisateur voit s’afficher un élément publicitaire donné (bandeau, vidéo, bannière…).
  • Campagne display : Auparavant simplement appelée publicité online ou pub sur Internet, la campagne display désigne les publicités pour Internet utilisant des éléments graphiques ou vidéos. Elle se distingue ainsi des autres publicités sur Internet de type liens commerciaux.
  • Campagne de search : Lorsqu’un utilisateur tape une requête dans un moteur de recherche, des liens lui sont suggérés. Aussi appelée SEA, une campagne de search sert à positionner favorablement des sites web, offres, applications mobiles… sur ces pages de résultats.
  • Campagne à la performance : L’annonceur rémunère ici le support publicitaire ou marketing en fonction des résultats réels de la campagne. La rémunération se base alors sur des critères tels que nombre de visites ou clics, transactions menées à terme, etc.
  • KPI : c’est un indicateur clé de performance sur lequel on mesure la réalisation d’un objectif : les clics, le temps passé avec une publicité, le nombre d’interactions, sont des exemples d’indicateur pour mesurer l’atteinte des objectifs d’une campagne digitale.
  • Adserver : C’est un serveur ou logiciel qui permet, sur Internet, de gérer l’affichage dynamique des éléments publicitaires dans les espaces dédiés, puis de fournir des statistiques détaillées qui permettront d’évaluer l’efficacité de la campagne publicitaire.
  • Liens de tracking : Un lien de tracking permet de remonter l’ensemble des statistiques de campagnes, qui sont ensuite accessible via l’adserver.

Maintenant que vous possédez les bases, rentrons dans le cœur du sujet !

Il existe plusieurs types de rémunérations pour la publicité digitale. Il est facile de se perdre parmi tous les termes, faisons donc le point sur ce qu’il faut retenir.

Les six principaux modes de rémunération de la publicité digitale :

Le CPM est l’acronyme de Coût Pour Mille, soit le coût pour 1000 affichages d’une publicité de l’annonceur. Ici on ne rémunère donc pas l’action (un clic), mais le simple fait que la publicité soit affichée aux Internautes. Ce mode c’achat est généralement privilégié pour les campagnes dites « branding ».

Le CPV s’agit du Coût Par Visualisation, qui est principalement relatif aux campagnes vidéo (instream,..), et d’une manière générale à la notion de visibilité des publicités. Ainsi seulement les vidéo regardées le minimum de temps demandé seront prises en compte.

Le CPC est l’acronyme de Coût Par Clic, et renvoie à un mode facturation au clic pour des campagnes à la performance. Chaque fois qu’un internaute clique sur une publicité, il y aura ainsi facturation.

Le CPL signifie Coût Par Lead, soit la rémunération au prospect qualifié (le plus souvent après soumission d’un formulaire). Il s’agit ici d’une campagne à la performance, puisque l’objectif est que l’internaute remplisse un formulaire. La facturation se fait uniquement si la procédure est complétée.

Le CPA signifie Coût Par Action, et renvoie à un mode de facturation en fonction des résultats de la campagne. La facturation se fait lorsque l’utilisateur complète une action déterminée en amont de la campagne.

Le CPD ou Coût Par Download concerne essentiellement l’univers applicatif mobile. La rémunération est faite lorsque le mobinaute télécharge l’application de l’annonceur.

Vous connaissez à présent le jargon de la publicité digitale! Grâce à ces définitions, vous pourrez déterminer quel type de rémunération correspond le mieux à vos besoins et à votre budget. À vous de jouer !

Divers
Anas
About Anas

Créatif et passionné de réseaux sociaux, Anas Saoudi met tout son esprit artistique, son savoir faire rédactionnel et son intelligence stratégique au service des clients de l'agence. Geek dans l’âme et doté d'une vraie culture digitale, il conseille les clients de l'agence dans leur stratégie de présence en ligne. Anas est aussi certifié en Inbound Marketing.